Yolanda Bruno

Yolanda Bruno

La violoniste Yolanda Bruno a été louangée pour la « maîtrise totale de son instrument, une articulation et une justesse parfaites et l’infinie variété de sa palette sonore » (La Presse). Elle a récemment figuré au palmarès des 30 musiciens classiques canadiens de moins de 30 ans les plus talentueux, dressé par la CBC. Elle s’est produite en Amérique du Nord et en Europe, notamment comme soliste avec l’Orchestre du Centre national des Arts, l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM), l’Orchestre des jeunes des Amériques et les London Mozart Players.

Elle a reçu de nombreux prix et bourses. Tout récemment, elle a remporté le prix Virginia-Parker du Conseil des arts du Canada (2015), de même que le Grand Prix du Concours OSM Standard Life de 2013 et le Prix pour la meilleure interprétation d’une œuvre canadienne. Elle a également reçu des subventions de la Fondation de musique Sylva-Gelber et du Conseil des arts du Canada.

Yolanda Bruno a fait ses études de premier cycle à l’École de musique Schulich de l’Université McGill et ses études supérieures à la Guildhall School of Music and Drama à Londres. Originaire d’Ottawa, elle vit actuellement à Amsterdam.

Le violon Stradivarius Taft de v. 1700

Ce magnifique violon est un bel exemple des débuts de la période dite de l'« âge d'or » d'Antonio Stradivarius. Selon toute vraisemblance, il a appartenu à Albert Caressa (de Paris), qui l'a remis à Rudolf Wurlitzer (de Cincinnati, en Ohio). Vers 1915, Rudolf Wurlitzer l'a vendu à madame Charles Phelps Taft, l'une des membres du groupe fondateur de l'Orchestre symphonique de Cincinnati et épouse du mécène de Cincinnati Charles P. Taft, frère de William Howard Taft, 37e président et 10e juge en chef de la cour suprême des États-Unis. Madame Taft a offert le violon à Emil Heermann, premier violon de l'Orchestre symphonique de Cincinnati, afin que ce dernier en joue. Après la mort de madame Taft, en 1940, l'instrument a été vendu au collectionneur privé et violoniste amateur Ernest Ruder (de Cincinnati), chez qui il est resté jusqu'en 1987, année à laquelle il a été vendu par Jacques Français à un autre propriétaire.

  • Prêté par un bienfaiteur anonyme
  • Prêté en 2003
  • Valeur : 5.5 millions de dollars