Noémie Raymond-Friset

Noémie Raymond-Friset

Noémie Raymond-Friset a commencé à jouer du violon à l’âge de 4 ans, avant d’adopter le violoncelle à 7 ans. Titulaire d’une maîtrise de l’Université de Montréal, elle est actuellement inscrite au programme de diplôme d’études supérieures du New England Conservatory (NEC). Le NEC l’a récemment choisie pour participer à la Biennale de violoncelle d’Amsterdam où elle participera au Concours international Lutoslawski. Acclamée par la critique, elle s’est notamment produite lors d’une classe du maître Yo-Yo Ma devant un auditoire de 800 personnes. Elle a également interprété le concerto de Saint-Saëns pour violoncelle et orchestre et le premier mouvement du concerto de Dvorak avec l’Orchestre du Centre national des Arts, ainsi que le concerto de Vivaldi pour quatre violons et violoncelle avec le maestro Pinchas Zukerman, en qualité de premier violon.

Lors de l’édition 2014 du Concours Prix d’Europe, Noémie a reçu le prix Guy-Soucie (meilleure interprétation d’une œuvre canadienne). Elle est également reconnue pour ses prestations de musique de chambre. Son trio Ouater a remporté la finale nationale du Concours de musique du Canada. Elle vit actuellement à Boston (Massachusetts).

Violoncelle Joannes Guillami de 1769

Ce violoncelle au son puissant, connu sous le nom d’« El Tiburón » (le requin), a été créé par Joannes Guillami l’année de son décès, probablement en collaboration avec son fils et seul élève (Joannes II). L’atelier de Guillami, sis à Barcelone en Espagne, a produit un bon nombre de contrebasses. La taille de ce violoncelle a été réduite pour l’adapter aux besoins du monde moderne. Il garde toutefois le son grave et obsédant d’un instrument de plus grande taille comme la contrebasse et il produit des harmoniques profondes qui peuvent être ressenties par le musicien et le public.

  • Don de la Fondation de la famille J.W. McConnell
  • Acquis en 1999
  • Valeur : 350 000 $